Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'assassin en soi

 

Période floue à discernement aigu.

L'intelligent se voue volontiers un culte,

Les ânes planent, princes de la ville.

Masse hagarde, variable d'ajustement,

Pillards et piailleurs sont à l’œuvre.

Battu par les vents je reste à la barre :

Facultés limitées mais conscience infinie.

Je ne m'époumone pas gratuitement,

Ma vie n'est pas qu'un amusement...

Époque vérité, tout se dévoile brut,

Avec l'âge on finit toujours par se ressembler.

Mondain et friqué donc tu jauges,

Chaque note une odyssée, le Juge ment.

Rien ne se résout par la raison,

Tout est affaire de cœur à cœur.

 

Écrire un commentaire

Optionnel