Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Miroir poli

     

    Les fuyants sont des vases clos,
    Ils ne transmettent que leur vécu :
    Fontanelle scellée, cœurs incirconcis,
    Ils sont incapables de s'épancher.
    Mes @cris sont des acquis, Oreille.
    L’Oeil est le destinataire, sinon à qui ?
    Je ne parle pas seul, le ciel m'est témoin,
    Tu m'entends lorsque ton cœur est certain.
    L'emploi du je me hausse au rang de prétentieux ?
    Le sens du travail est un jeu où s'oublie le référent,
    Je c'est Nous, Moi en totalité, iota devant l'immensité !

     

  • L'Un visible

     

    Toute œuvre est signée, la Création est masquée :
    L'Hôte-Heure s'efface pour parachever les dits-Fils.
    Amour céleste car nul ne sait d'où il provient,
    C'est une ondée, un battement d'ailes, un sourire enfantin.
    L' esprit porte ses fruits, la force élève les pensées,
    La pesanteur cesse un instant, l'ombre s'envole,
    L'oiseau sort de sa cage et décuple son pouvoir.

     

  • La trouée

     

    A travers les blancs je distingue l'Histoire :
    Des visages, des images chirurgicales,
    Fin du temps, commencement de l'éternité.
    Le mental pour l'histoire personnelle racontée,
    Cerveau lent, rythme de l'inconscient,
    Tout un monde en filigrane, le réel révélé.
    Loin des missions futiles, l'émission fugace :
    Une qualité de vie, loin du règne de la quantité.

     

  • Crédit

     

    Je crois au Dieu-Lumière annoncé par tous les prophètes,
    Je suis stupéfait par les croyants qui rivalisent de cœurs.
    Je crois à la parole et à l'acte juste, accomplis à temps,
    Je suis avec les êtres reliés, quelle que soit leur chapelle.
    Je crois à l'invisible et que tout concourt à l'unité,
    J'ai la certitude d'un dieu incarné qui est relation.
    Je crois à un complot contre les justes dirigé,
    Je ne suis pas sûr qu'on ira tous au paradis...
    Je crois que la personne est un état a dépasser,
    Auton'homme plutôt que soumis, libre vs conditionné.
    Si je crache du feu c'est pour mieux vivifier l'organisme,
    Si je suis en feu c'est par une connexion organique.

     

  • Autolargue

     

    Je me dissocie du cortex pour épouser le corps-texte,
    L'arraisonnement a quelque chose de palpitant...
    Soudainement l'influx, l'unformation a flow,
    Loin de leurs artifices, un feu éclairant.
    Je sais parce que je quitte un p'tit rang,
    Je sens puisque s'efface le tyran.
    L'uni-vers me gagne, langage angélique,
    Nous sommes reliés par un corps-don au grand Tout.

     

  • Dieu est-il juste ?


    Je n'ai qu'un seul principe, Dieu.
    Le reste suit comme traîne infinie.
    Que la lumière brille soir et matin,
    Qu'elle élimine la vermine prédatrice :
    Je veux être mangé AD-Verbe
    Puis exploser, Un-digeste-Sion.
    Peut m'importe ton pedigree,
    Personne n'aime être rejeté.
    Tu prendras bien une goutte de saqué,
    Afin de désaltérer ton gosier laqué ?
    À parler pour ne rien dire on finit quoi,
    À ne défendre que son territoire on termine con,
    Tout sera soldé dans le feu, brûlé ou pyromane !

     

  • Passe muraille

     

    Nous sommes des ponts entre les castes, si peu précieux,
    Nous sommes les vulgarisateurs des prétentieux,
    Clairs avec les verbeux, pragmatiques avec les confus,
    Nous n’accordons de valeur qu'aux lumin-eux,
    Replaçant or et pensée faconde à un rang subalterne.
    Notre échelle de discernement est célestielle,
    Un ordre qui s'inspire de la morale intelectu-EL :
    Tireur d'élite parmi les élitistes, jeu mettant les nerfs à bout...