Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Jean-Plume

  • L'alarme

     

    Le "je" qui s'exprime est hors monde, inexistant,

    Un nouvel organe est nécessaire pour le comprendre :

    L'oeil du coeur est oreille, l'oreille interne est vision,

    Nouvel ABC nouveau son, sphère, arc, angélique...

    Je suis réveillé, conscience-cieux, vérité point,

    Qui co-naît, vierge, à la divine Présence ?

    Voix unie-Terre, loin de l'uniforme, équilibre,

    Etre un arbre à oiseaux, avoir les naseaux d'un arabe.

    Époque formidiable, tout est sans dessus dessous,

    La mesure de l'homme : seul au dessus du Tout !

     

  • Selfie souffle

     

    Je vais plus loin dans le dynamitage des codes,
    J'associe l'homme et la bête, le sacré et le profane,
    Désormais c'est l'union qui prime sur l'opposition :
    Plus de clans, de culture appropriée, l'Un pour tous.
    Matière et lumière, corps et esprit, âmes sœurs.
    A la place de la cloison, un corps-don,
    Haut lieu de la connaissance, le co-naissant.
    Plus de peur que de mal, l'éternité pour horizon.

     

  • Reng'haine

     

    Pas de solution sans les biftons,
    Les guérisseurs savent lire l'heure !
    Bonjour au retour sur investissement :
    A l'heure des réseaux aligne les zéros !
    La verve du spirituel à succès
    N'est que verbiage sec sans esprit.
    L'éveil ressemble à une ascèse,
    La Présence est l'Un de seize...
    Plutôt tact-IL que technique,
    J'escompte vie simple au fond.
    Actes purs aux yeux de tous ?
    Focus sur cœur bien loin du conte !

     

  • Extra-ordinaire

     

    Quand la douceur m’étreint,
    Que je te porte dans mes yeux,
    C'est là que je me sens bien.
    Ni mental-haut ni juge-ment,
    Juste élan du cœur, charmant.
    Il y a dans l'émoi trop de moi,
    Flamme en mouvement et toi...
    l'amour c'est l'oubli de soi,
    L'amour c'est Lui de nous.

     

  • Piqûre de Rappel

     

    J'attends, tapi sur la toile, les mouches.

    J'attends l'anti jeu, le brouhaha, les souches.

    Viendra le scandale, puis le Feu et la vindicte,

    Pas en mon nom, je retranscris ce qu'on me dicte.

    Je ne connais pas la fin mais je pre-sang bien,

    Tu ne me connais pas bien mais pressens ma faim.

    Plafond de verre partout, j'ai la clef du ciel,

    A vouloir le graal sans l'effort, ils vont goûter au fiel...

     

  • La Cow vide

     

    L'étau se ressère, la gouverne ment,

    Co-labos, rats-plaplas, tactique du serpent !

    Se goinfrer reste permis, le mépris aussi,

    Le veau d'or c'est la flicaille de l'esprit.

    J'ai plus peur pour eux concernant l'Heure,

    Ils mésestiment la menace intérieure...

    Derrière leur maisonnée pas de sécurité,

    Le feu du dedans, irradiant, va les calciner.

    Corps, mimiques, attitudes cleans ?

    A mesure que l'extérieur fascine et décline...

    D'abord les coeurs aveuglés, ensuite les prédateurs,

    La guerre est contre les pauvres en esprit.

    J'en termine sur le vide empli de leurres,

    Demain n'enfantera que sa soeur la peur.

     

  • Le partage

     

    Il n'est que personnes, sable mouvant,

    Rien qui résiste durablement au temps.

    Une joie durable décourage le quidam,

    Le doute est multitude, la certitude solitude.

    J'écris pour l'anéanti, le moins que rien, l'inadapté :

    N'échappera au joug que le gracié de dieu.

    Je parle aux vents, amis des murs fissurés,

    Je parle l'esprit de ce temps, l'eschaton-logos.

    Il ne restera de l'humanité que les coeurs flamboyants,

    Ceux qui auront eu souci d'accueillir l'être-angé.