Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Insouciance

     

    J'oscille mais le fond de l’œil effraie,
    J'hallucine debout, me shoote à l'air haut.
    Tant de noirceur, tant de fausses notes,
    Dehors c'est la grande parade de Mammon !
    Mon public n'a pas de nom, surgeon,
    Ni maquillage ni déguisement : soi, innervé.
    J'ai préféré trouver la Source plutôt que les éloges,
    J'ai récolté mépris, déni, haine à foison.
    Ami des Aimés, Dieu m'est Témoin :
    Au cœur la prophétie, je suis selon l'Esprit, serein.

     

  • L'assassin en soi

     

    Période floue à discernement aigu.

    L'intelligent se voue volontiers un culte,

    Les ânes planent, princes de la ville.

    Masse hagarde, variable d'ajustement,

    Pillards et piailleurs sont à l’œuvre.

    Battu par les vents je reste à la barre :

    Facultés limitées mais conscience infinie.

    Je ne m'époumone pas gratuitement,

    Ma vie n'est pas qu'un amusement...

    Époque vérité, tout se dévoile brut,

    Avec l'âge on finit toujours par se ressembler.

    Mondain et friqué donc tu jauges,

    Chaque note une odyssée, le Juge ment.

    Rien ne se résout par la raison,

    Tout est affaire de cœur à cœur.

     

  • Inside job

     

    Pas là pour faire de la figuration,
    Langage osseux comme un conte
    Ce petit plus par rapport au religieux :
    Je crois juste que dieu vis ma vie.
    Pour motif impérieux adepte de la résurrection,
    Ne hait mon être que le mondain.
    Si tu nages à contre-courant tu le sens bien,
    Le monde agonise et la terre prend feu.
    En gestation, le Nouveau se fraie un chemin,
    C'est une éclosion qui sait se fait attendre...

     

  • Leviathan

     

    Spectateur de ma vie, j'évolue en eaux troubles :
    Présence évanescente,  noyé dans la nasse,
    Corps incirconcis, conscience en fusion.
    Rien n'apaise l'injustice, l'effort de l'homme est nain,
    La colère sourde, les jours du malin sont comptés.
    Je le sais, peu sont croyants, c'est l'informe que je tance.
    Le discours peut être déconstruit mais pas décousu,
    Les faibles laissent la lumière S'allumer : force !

     

  • Mise au point

     

    Je ne prie pour personne,
    Chacun est responsable de ses actes.
    La foi opère des miracles
    Mais les croyants ne sont pas légion.
    Je n'oblige personne à me suivre,
    Vos seuls non-dits sont vos juges.
    Un de moins c'est plus d'UN,
    L'homme vertical n'a pas de limites.
    Je n'étais pas désiré mais l'Amour a témoigné...
    Le monde peut bien me mépriser, J'existe !
    J'aurais toujours le dernier mot,
    Même mon silence est ré-Verbe-ère !

     

  • Prose combat

     

    Ce que tu jugeais soporifique va lentement t'euthanasier :
    Certaines fleurs sont vénéneuses arrivées à maturité !
    Jamais d'yeux sans le trois, par ici les royalties,
    Si tu cherches à m'endiabler mes cornes repoussent.
    Un jour je serais tendance et tu pleureras la présence,
    Comme dans un rêve je suis tous les personnages...
    Appelle-moi Blanche-Neige, mon cercueil est de verre,
    L’oxygène tasse les pensées, advient le don de soi.

     

  • L'Unconscient


    En dette depuis cet Autre en soi,
    Devenu de facto un expert en vin...
    Transmigration renouvelée du coq à l'âne,
    déchéance de rationalité, mon pédigrée.
    L''éclaircie quand j'abdique le pourquoi,
    Reste Le Donne, fidèle à la loi.
    Rien n'est linéaire ou cyclique, tout échappe,
    Dieu le maître d’œuvre pour chaque percée.
    Jamais absent, toujours sous-jacent, Roi :
    Toute cette agitation sur terre, il y a de quoi !