Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le partage

     

    Il n'est que personnes, sable mouvant,

    Rien qui résiste durablement au temps.

    Une joie durable décourage le quidam,

    Le doute est multitude, la certitude solitude.

    J'écris pour l'anéanti, le moins que rien, l'inadapté :

    N'échappera au joug que le gracié de dieu.

    Je parle aux vents, amis des murs fissurés,

    Je parle l'esprit de ce temps, l'eschaton-logos.

    Il ne restera de l'humanité que les coeurs flamboyants,

    Ceux qui auront eu souci d'accueillir l'être-angé.

     

  • Excentrique

     

    Je suis l'excentré du système,

    Celui qui prend de la hauteur.

    Dans la profondeur pour édifier,

    Rayonnant au sein de l'inconscient.

    Né de l'esprit, transe-parents :

    Un Royaume, une Source : unifié.

    Inconnu pour sa nation mère,

    Méprisé par ses valeur-eux pairs.

    Ni naïveté, soumission ou faiblesse,

    Nul ne saisit le coeur du serviteur.

    Légendaire car en hauts lieux planifié,

    La sortie sera comme l'entrée, un braquage !

     

  • L'esprit de Noël

     

    L'éthique du fric c'est l'infidélité,

    Qui s'y maque récolte sa violence.

    Il m'est facile de briser tes idoles,

    Cette reconnaissance garde-là tienne !

    Paire et thème pour qui aime le Père :

    Deux phrases, un condensé de l'univers.

    Discerner est affaire de vision objective,

    Deux témoins suffisent pour le diagnostic.

    Fi des Livres, ces béquilles, lettre qui tue...

    Souffle saint sur organe sang ma pratique.

    Autant d'inspiration que d'expirs sur Sion,

    Donner n'est que technique de ventilation.

     

  • Panaché

     

    Apôtre du Jour, j'apporte du lourd.

    Incertain l'humain, en suis-je un ?

    J'impose Présence à conscience :

    Identité floue, mystère indéfini.

    Qui est libre de l'image, de la personne ?

    Ne sommes qu'en représentation !

    L'effacement s'inspire du silence,

    L'enfant sage ne fait pas de bruit.

    Si le joug du maître rend impuissant,

    Il méconnaît patience et endurance...

    Pleurez votre innocence perdue,

    A la base votre rire n'est pas pur.

    Décriez ce système en restant marque,

    L'odeur de l'argent imprègne la couvée...

    Vite ma dose, l'État ce dis-leur,

    Je n'ai foi qu'au plus grand complot'Heure !

     

  • L'amour fou en Dieu

     

    Marre de prier un dieu effectif.

    Je suis sûr de ma connexion,

    Tout se fait en Présence ciel.

    Épices et huile, fragrance du coeur,

    Gens qui savent rarement sages.

    Ma vie, faire oeuvre d'apocalypse :

    Tout est à nu, seule l'essence reste.

    Pour Acquis, les bases de la Loi,

    Je ne viens que pour la nouveauté.

    Il y a du feu dans la cheminée

    Et la lune est rouge écarlate.

     

  • Le Royaume

     

    Je laisse les morts voter pour les morts,
    L'inimportant ne mérite aucun regard.
    Le chaos organisé ne me fait pas peur,
    C'est vos demeures qui finiront dévastées.
    Psychose de masse pousse à choisir son camp ?
    Invisible avec l'Ouvert, je ne porte pas d'oripeaux.
    Quand tu jeûnes au monde, Dieu seul te recueille,
    Pour beaucoup l'amitié reste conditionnelle.
    Temps optimisé, de cette lubie j'ai la nausée,
    Stop le monde quand j'opère un retour sur Soi.

     

  • L'homme sauf, tout sert

     

    L'homme est un passeur
    Avec un ego idolâtre.
    La foule crie au génie ?
    Fin de l'inspiration saine :
    Ne donne plus mais prend,
    Mélancolie d'outre-temps.
    On aime tant les enfants,
    Connectés à l'ange lot.
    Le doute crucifie le lien,
    La foi rétablit le pont.
    Ne vénérez pas l'humain,
    Ni la ligne, ni le point.
    Retrouvez la Mémoire,
    Le Principe de l'Un.